Quelques fleurs des Alpes, choisies parmi celles que l’on peut voir en Savoie. Des fleurs rares et d’autres communes. Des fleurs symboles, célèbres, et d’autres méconnues. 14 Pensee a deux fleurs b

Mon souci n’est pas la détermination précise des espèces. Je comprends que l’on puisse trouver plaisir à identifier une logique dans l’apparent fouillis naturel. Les flores systématiques exploitent cet ordre et de détail en indice fournissent les clefs qui permettent d’identifier à coup sûr une plante. Mais il y faut une heure alors qu’un coup d’œil suffit pour la reconnaitre. Problème.

Heureusement il y a plus simple. On trouve sur le web des flores visuelles: web flores. Il suffit de prendre une photo, ou plusieurs, et puis au retour on cherche. Les petits livres que l’on peut emporter sont très bien aussi.

***

Je me suis amusé à tirer le portrait de quelques fleurs: on les trouve sur la page photo flore. Mes méthodes rudimentaires sont parfois insuffisantes, c’est sûr, mais peu importe. Car je préfère découvrir ce que les fleurs des Alpes ont à dire. Pour cela je puise à toutes les sources:

* La botanique m’apprend des choses étonnantes Sabot de Vénus Silène acaule b1. Les Alpes sont pour les plantes une ile nordique en zone tempérée: certaines sont arrivées il y a 10 000 ans et ne sont jamais reparties, parce qu’elles aiment la fraicheur, parce qu’elles préfèrent un endroit austère et rude où on les laisse en paix à une terre riche et une concurrence sans douceur…

* Les gens de la montagne côtoient les plantes tous les jours, ils en dépendent. Cette familiarité avec la nature leur permet de faire des observations très fines Lys martagon .

* Il existe toute une mythologie des plantes, qui n’est pas plus superstition que sagesse populaire.  Joubarbe des toits Elle s’attache à ce qui distingue chaque plante des autres, ce qui rend la remarquable. Elle procède d’un besoin naturel de créer des liens entre les choses, de leur donner du sens. Ces représentations ne sont pas des survivances, elles se développent constamment. Ainsi Edelweiss b est assez récemment devenu un emblème de la montagne.

***

Finalement l’important n’est pas de les connaitre toutes, mais d’apprendre à les regarder. L’essentiel est que petit à petit elles prennent sens, qu’elles trouvent une place dans les idées, les souvenirs; qu’elles deviennent signes. Il suffit d’en reconnaitre quelques unes pour que l’alpage et les éboulis se peuplent de connaissances, et on finit par faire une rando pour aller voir une fleur, c’est tout aussi bien que la conquête d’un sommet.