Granier par la Balme a ColonIl y a bien des manières de monter au Granier. La Balme à Colon (ou Collomb) offre peut être le passage le plus esthétique vers le plateau sommital. Cet itinéraire ne présente aucun passage nécessitant de poser les mains sur le rocher, de s’accrocher à un câble ou à une rambarde. Pour autant il n’est pas vraiment facile.
Un circuit classique consiste à monter par le Pas des Barres, puis à redescendre par la Balme à Colon.

Durée: une journée, ou une grande demi-journée.

Quand? en saison évitez le samedi et le dimanche si vous le pouvez.

Difficulté: aucune lorsque le sentier est en bonnes conditions. La montée dans la forêt est raide. Le cheminement dans la falaise comporte quelques passages  vertigineux et demande de la prudence. A éviter tant qu’il reste des plaques de neige.

Départ: la Plagne (en Chartreuse, c’est un petit hameau; n’allez pas confondre avec une trop grande station). Se garer avant le hameau.

Carte: pour emporter: carte IGN 25000ème, 3333OT. Pour se rendre compte immédiatement: carte Google Maps.

Ressources:

– voir Sentier-nature.com et Montagne à vache pour une description du circuit classique qui  monte par le Pas des Barres et redescend par la Balme à Colon.
musée de l’Ours des cavernes, à Entremont-le-Vieux (sa visite ajoutera du charme à cette randonnée).
–  géologie du Granier sur Geol-alp
– tout ce qu’il faut savoir sur la Réserve naturelle des hauts de Chartreuse et sur les bouquetins du Granier.

Photos prises le 21/9/13.

***

Départ de la Plagne.

La Plagne Chartreuse

La Plagne four a painRapide traversée du village. Il faut un peu chercher pour trouver le départ du sentier.

.

Au dessus de la Plagne.

La montée débute au travers de prairies peu à peu recolonisées par les broussailles.

Croix

Depart vers Balme a Colon

Puis le chemin pénètre dans la forêt, et laisse place à un large sentier qui monte d’abord en diagonale, devient de plus en plus raide et direct, et finit par monter simplement face à la pente. Pas facile lorsque la terre du sous bois est mouillée.

Foret sous Balme a Colon.

Sortie de la forêt.  Le sentier monte toujours aussi raide au travers des éboulis; les pierres roulent sous le pied.

Sous la Balme a Colon

Arrivée sous la falaise, on se demande un instant où le sentier nous emmène. Surprise, il pénètre dans la grotte gigantesque. C’est magique, carrément romanesque (si si!)

Balme a Colon

C’est donc çà la Balme à Colon! C’est bien sûr: Balme, Barme, Baume = grotte.

C’est ici que les spéléologues Pierre Guichebaron et Marc Papet ont découvert en novembre 1988 un gisement de squelettes d’ours des cavernes. Le gisement a été fouillé durant 5 ans, les résultats de la recherche sont présentés au musée de l’Ours des cavernes.

Balme a Colon.

La Balme à Colon est la porte d’entrée d’un réseau souterrain incroyablement vaste: les scientifiques parlent de « méga réseau ». Plus de 30km de galeries disposées sur plusieurs niveaux communiquant par des puits constituent un « réseau étagé », dont seuls les niveaux supérieurs sont hors d’eau. Il existe sous les hauts de Chartreuse plusieurs réseaux analogues (Dent de Crolles, Alpe) qui peuvent dépasser les 60km.

Balme a Colon

Le sentier ne fait qu’une brève incursion dans ce monde souterrain, mais quelle mise en scène!

Vire sur Balme a Colon.
Vire Balme à ColonDès sa sortie le sentier s’élève par un large tournant et gagne une large vire, juste au dessus de la grotte. La progression se poursuit entre 2 falaises, celle du dessus et celle du dessous. Aucune difficulté si le sentier est en bonnes conditions, mais quelques soucis de sécurité lorsque la neige s’attarde en début de saison.Granier Montée vers le plateau

Arrivée dans une combe qui monte vers le sommet. D’en bas on ne la soupçonne pas. Ce cheminement ne cesse de m’étonner: le sentier est presque partout large et confortable, mais il passe dans des endroits incroyables…

.

.

Un groupe de bouquetins est sensible au charme et aux avantages de l’endroit. Ils ont trouvé un bon pâturage juste au dessus du sentier.

Bouquetins Balme à Colon

Je les observe longuement. Ils arborent toutes sortes de marques colorées, colliers et boucles d’oreilles, qui permettent de reconnaitre chaque individu. La femelle (une « étagne ») qui arbore un collier bleu et une boucle d’oreille jaune est sans doute Princesse. Elle a eu un petit l’an dernier, c’est sans doute l’un des jeunes (éterles ou éterlous) qui font partie du groupe. Il y a aussi un jeune de l’année (cabri) qui grimpe maladroitement sur les rochers sous le regard de sa mère.

EtagneBouquetin CabriBouquetin
Etagne: Princesse (?)Bouquetin EterlouBouquetin

.

En ce milieu de journée le calme de la combe ne peut durer très longtemps. Bien qu’ils ne soient pas très sauvages, ils sont tout de même effrayés par les passages de plus en plus nombreux. Ils s’échappent vers le haut, où se trouvent d’autres pâturages.

Je reprends la montée dans la combe qui s’élargit, mais qui est barrée par un dernier ressaut rocheux.

Combe Granier

Le sentier cherche sur la gauche un débouché sur la crête. Après une nouvelle traversée un peu exposée au sommet d’un couloir, il débouche sur le plateau sommital.

Arrivee sur le Granier

Très vite le Mont Blanc apparait, droit devant.

Mont Blanc vu du Granier

.

Le sentier redescend un peu,

Vers la Balme a Colonet rejoint celui qui monte du Pas des Barres.

Raisin d'ours

Raisin d’ours

La suite est une ballade le long de la crête, en pente douce.

Du « raisin d’ours ». Je ne sais de quoi se nourrissait l’ours des cavernes, mais je suppose que les derniers ours de Chartreuse en faisaient leur dessert, il n’y a pas si longtemps.

.

Cretes du Granier

Arrivée à la Croix du Granier.

Sommet du Granier.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Publicités