La Dent du Chat (1390m) domine le lac du Bourget: de son sommet on peut le contempler de la plus belle manière qui soit. On peut s’y rendre depuis le relais de télévision: c’est rapide. Trop rapide. Partir du Col du Chat permet de faire une vraie rando, facile d’accès depuis Aix les Bains, Chambéry, ou l’avant pays savoyard. Elle se déroule dans la profondeur de la forêt et se termine en beauté.

Durée: une demi-journée (temps de montée indiquée au col: 2h20)

Difficulté: l’altitude est faible mais le dénivelé pas négligeable (752m). Plusieurs passages exposés supposent un minimum de pratique de la montagne. Garantir la sécurité de jeunes enfants n’a rien d’évident. Ne pas être sujet au vertige est une condition indispensable. Vous voila prévenu: ce n’est pas une ballade (c’est ce qui fait l’intérêt de cet itinéraire).

Quand? la plus grande partie de la montée se fait à l’ombre, c’est une bonne idée pour une chaude journée. Un temps clair est indispensable pour profiter de la vue.

Carte: les indications sont abondantes le long de la montée.  Je n’ai pas eu besoin de la carte IGN 25000ème – 33.32OT (Chambéry). Pour voir le tracé: carte GoogleMap.

Ressources:
– « Sentier-nature » est le site de référence: il offre une description réalisée en 2007 (avant l’installation des échelles!), et aussi d’autres itinéraires : une boucle par la Fontaine des Côtes (voir aussi ici); une montée peu connue par la Grotte Parin (et le couloir nord, avant son interdiction); un itinéraire depuis le Chevelu (lieu dit Sur la Balme, Hôtel de la Source).
– Via ferrata du Rocher de Cornillon: ici et
site d’escalade du Col du Chat
– dans les environs: Maison la Dent du Chat à Yenne

(Photos prises le 28/8/13. Le temps n’était pas franchement dégagé, l’ambiance n’en était que plus romantique.)

***

Départ au parking bien aménagé du Col du Chat (638m). C’est aussi le camp de base des grimpeurs qui fréquentent la via ferrata ou le site d’escalade. Il y en a pour tous les goûts.

Col du Chat

Montée à l’ombre dans la forêt de buis et de hêtres, dans le versant est de la Montagne du Chat. Pourquoi un chat? Il s’agit peut être simplement d’un chas, d’un passage, d’une trouée… le col du chas ne serait qu’un pléonasme. Ou plus prosaïquement encore du souvenir d’un dénommé Catus, propriétaire terrien des environs en une époque ancienne (1), qui aurait possédé quelques vastes domaines aux lieux-dit « Petit Caton » et « Grand Caton » au dessus du Bourget. Mais peut-être préférez vous les fables, voire les fariboles…

Montee au dessus du Col du Chat

Il ne faut pas longtemps pour arriver à un beau point de vue.

Vue sur le Lac du Bourget

Le sentier est très fréquenté jusqu’à la bifurcation qui va au Roc de Cornillon et à la via ferrata, beaucoup moins ensuite.

Marquage La montée est rude dans la belle hêtraie. Dans le sous-bois, il y a peu de points de repères pour évaluer sa progression.

Le marquage est très présent, mais assez fantaisiste: rouge-blanc (vestige du GR 9), blanc-jaune, vert-jaune, sans compter les marquages de parcelles forestière qui n’ont rien à voir…

marquage GR marquage blanc jaune marquage vert jaune marquage parcelle

.

Arrivée au pied du Roc Blanc, un rocher caractéristique très visible depuis le lac. La montée est toujours aussi soutenue.

Au pied du Roc Blanc.

Pour profiter de la vue au sommet du Roc Blanc (1012m), il faut faire un détour d’une centaine de mètres. C’est parfait pour faire une pause. On est à peu près à mi-chemin du sommet.

Vue sur le Lac du Bourget du Roc Blanc.

La longue progression dans le sous bois reprend. Succession de montées raides et de petits cols le long de la crête boisée. Au Col de la Vacherie on rejoint un sentier qui monte directement du Chevelu.

Couloir Nord Dent du Chat interditAu pied du rocher de la Dent du Chat, déception. Un écriteau prévient que le couloir Nord qui permettait un accès direct au sommet est désormais interdit (depuis novembre 2012 semble-t-il: voir ici, dans les commentaires de l’article).

Il ne reste qu’une possibilité: contourner la Dent du Chat par le versant ouest. Ce cheminement est sans doute plus sûr, il n’en réserve pas moins quelques émotions.

Sous la falaise de la Dent du Chat

.Vue sur les lacs de Chevelu

Attention aux enfants, ce n’est pas vraiment un endroit pour eux. Où alors il faut assurer sérieusement.

.

La pente, vertigineuse, dévale vers les lacs de Saint Jean de Chevelu.

.

Une fois ce premier passage difficile franchi, changement d’ambiance. Les hêtres cèdent la place aux épicéas.

.

Sous la falaise de la Dent du Chat .

Les pins s’accrochent au rocher. L’ambiance devient alpine. Il y a même une grande gentiane!Sous la falaise de la Dent du Chat

.

.

Très vite se présente un nouveau passage avec câbles, encore plus sympathique, qui utilise une vire étroite passant sous la falaise. Il faut s’appliquer à mettre un pied devant l’autre, sans dévier.

Sous la falaise de la Dent du Chat .

Regard en arrière

Sous la falaise de la Dent du Chat

Clic pour voir où on est passé!

.

La suite est plus facile. A un petit col curieusement appelé « Sentier des 4 chemins » (1320m) on rejoint l’itinéraire fréquenté qui vient du relais de télévision en passant par le « Molard Noir« .

Il faut affronter de nouvelles mises en garde… De quoi prendre peur:Acces Dent du Chat décidément c’est l’aventure!

Echelles de la Dent du Chat

Clic pour mieux voir. Saurez vous monter à l’échelle?

.

.

Dernier couloir pour accéder au sommet. Des échelles, encore des échelles, on a mis le paquet côté sécurisation. Et même un peu plus…

On ne risque pas de se salir les mains, car on ne touche plus le rocher, on s’accroche aux montants. Un échelon après l’autre, on n’a pas non plus à chercher où poser le pied… c’est presque un nouveau sport que je découvre, quelque chose comme de la rando ferrata.

.

Après quelques échelles quel plaisir de poser le pied sur un authentique sentier qui se faufile gentiment au milieu d’une belle végétation (amélanchiers, cytises, bourdaines), puis qui grimpe dans les rochers, droit vers la cime, le long de l’arête aérienne.  Et l’on arrive sur le petit plateau rocheux qui forme le  sommet.

.

Voici la vue, voici le lac! L’endroit est spectaculaire. Ce jour là j’ai eu droit à la version romantique, nuées et contrastes.

Lac du Bourget du sommet de la Dent du Chat.

Du côté ouest, l’avant pays savoyard dans la lumière du soir.

Lacs du Chevelu du sommet de la Dent du Chat.

Du côté sud, la vaste croupe sombre de la Montagne du Chat. Le Mollard Noir mérite pour une fois son nom!

Mollard Noir du sommet de la Dent du Chat.

Loin au dessous, au bord du Lac du Bourget, les châteaux.

Chateau de Bourdeau

Château de Bourdeau

Michel de Montaigne revenant d’Italie par le Mont Cenis, ne pouvait rester insensible à un château nommé Bourdeau: « De là nous vînmes passer le Mont du Chat, haut, roide & pierreus mais nullemant dangereus ou mal-aisé, au pied duquel se sied un grand lac, & le long d’icelui un château nomé Bordeau, où se font des espées de grand bruit. » (2)

Au bout du lac, dans les marais, un autre château, plus ancien, celui de Thomas II. Lieu étrange pour un château médiéval, que l’on imagine plus volontiers au sommet d’un piton rocheux, comme il n’en manque pas en Savoie.

Chateau de Thomas II

Château de Thomas II

La brume qui déferle sur la crête se fait de plus en plus épaisse. Il est temps de redescendre.

Montagne du Chat

.

.

Sommet de la Dent du Chat

Sommet de la Dent du Chat

Retour par le même chemin.

***

(1) Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé, 2004. (Réédition d’un ouvrage publié en 1935). p. 296

(2) Michel de Montaigne, Voyage en Italie, ed. 1774 vol 2 p. 593 ( à l’époque il y avait une forge réputée au château; grand bruit = grande réputation)

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Publicités