La cascade du Grand Marchet est très spectaculaire, elle sort directement du rocher au beau milieu d’une falaise, pas très haut au dessus de Pralognan. C’est une résurgence, alimentée par la fonte des glaciers de la Vanoise, elle est donc abondante durant tout l’été.

Cascade résurgence du ruisseau de l'Isertan

On lui rend visite par une ballade pas trop longue, assez raide, parfaite pour se dégourdir. Le sentier monte au travers de la belle forêt d’Isertan, il est très bien aménagé.

3 Sentier Isertan b

Certains passages sont vertigineux, la montée constitue une petite aventure pour qui n’a pas l’habitude de la montagne.

A l’altitude de 1800m environ, le sentier arrive en face de la cascade, sur l’autre versant du ravin dans lequel elle se précipite. L’endroit est idéal pour admirer, pour prendre des photos (surtout en fin de journée). Il est possible de poursuivre la ballade en direction du pas de l’âne et du cirque du Grand Marchet.

.

En amont de la cascade: les pertes

Face à un tel spectacle, forcément on se demande d’où vient l’eau. Des profondeurs de la roche, bon d’accord, je le vois bien, mais je m’en étonne: nous sommes ici au cœur des alpes, et non plus dans les pré-alpes calcaires. Oui, mais voila, la Vanoise est moitié calcaire, moitié cristalline. Remarquez, il ne s’agit pas d’un calcaire banal, il s’agit de marbre, s’il vous plait… 20 Cirque du Grand Marchet Pierres sculptees b

On s’en rend plus facilement compte lorsque l’on examine de près les rochers sculptés par le ruisseau de l’Isertan, au bas du cirque du Grand Marchet. L’eau leur donne un poli qui met en évidence la finesse du grain.

Très bien, mais cela ne dit pas d’où vient l’eau. Il y a une hypothèse évidente. Plus haut, au débouché du cirque du Grand Marchet le ruisseau d’Isertan disparait sous les rochers. Suivant la période, c’est la totalité du ruisseau ou une partie qui est engloutie par le calcaire, un peu comme le fait aussi le Ponturin au dessus de Peisey Nancroix, à quelques vallées de là. Une perte et une résurgence dans le même vallon: il semble probable que la cascade soit alimentée par les pertes de l’Isertan, l’eau ne ferait que prendre un raccourci souterrain.

.

Mais comment le prouver? Bruno Talour a entrepris une première exploration spéléologique à partir de la résurgence, relatée dans un article scientifique publié en 1978. Il a pu remonter la galerie sur 600m de long et 200m de dénivelé. Puis il a réussi une exploration à partir de l’amont, en partant des pertes. Cette fois il a pu avec son équipe suivre de bout en bout le trajet souterrain du ruisseau d’Isertan et ressortir au niveau de la cascade résurgence. De cette expédition au cœur du karst il a rapporté des photos que je trouve assez fascinantes.

Plus haut encore, d’autres cascades

Plus haut, avant les pertes, il y a le magnifique cirque du Grand Marchet, et une multitude de cascades.  Pour tout découvrir en une fois, il y a une très belle randonnée, dont le point culminant est le col du Grand Marchet.

Finalement le véritable héros de l’histoire est peut-être bien le ruisseau d’Isertan. Il n’est pas très long, mais son trajet est peu banal: il chemine sous le glacier du Grand Marchet, se jette dans le cirque du même nom du haut des falaises, serpente au fond du vallon, est happé par les pertes, ressort assez vite sous la forme d’une cascade spectaculaire, puis rejoint le Doron de Bozel. Que d’aventures en quelques kilomètres et 1500m de dénivelé! La vie d’un torrent de montagne est sportive…  Il aurait pu servir de modèle à la célèbre « Histoire d’un ruisseau« , d’Elisée Reclus.

.

Ressources et informations pratiques

Itineraire Grand Marchet vu par la webcam du Mont Bochor

cliquer pour voir

Dénivellé / difficulté: environ 400m à partir de Pralognan, soit 1 à 2h de montée. Le sentier est vertigineux.

Carte : pour emporter: IGN 25000ème,  3534OT / pour voir tout de suite: carte Google Maps (avec l’itinéraire complet du circuit par le col du Grand Marchet) ou l’excellente carte IGN du parc de la Vanoise.

Webcam: la webcam de Pralognan permet d’apercevoir la cascade (pour préciser sa localisation cliquer sur la photo, c’est une capture de la webcam). Vous pouvez voir de chez vous quel est débit, c’est pas beau la technique? Par exemple ce jour là il y avait beaucoup d’eau.

Biblio: Talour, Bruno. Un karst d’altitude dans le massif de la Vanoise . In: Revue de géographie alpine. 1978, Tome 66 N°2. pp. 201-207.

.

Advertisements