Il suffit de voir  une gentiane, de ce  bleu si typique et on se sent en montagne. Encore un symbole. Étonnant vous ne trouvez pas, à quel point les fleurs, certaines fleurs, sont associées à la montagne?

Gentiane acaule

Il y a beaucoup de gentianes bleues, beaucoup de noms. Gentiane acaule, gentiane de Koch (rien à voir avec le bacile), gentiane alpine, gentiane printanière et bien d’autres encore… Il y en a de toutes tailles, des grandes et de plus petites, d’autres encore sont minuscules. Mais toutes sont d’un bleu profond et lumineux.

Gentianes bleues

Pour les nommer correctement il faut lorgner les sépales et les pédoncules, il faut une clef de détermination et des noms latins. Prise de tête en perspective, le botaniste triomphe. Je n’en demande pas tant; j’ai envie de me contenter de « petite gentiane bleue » et de « grande gentiane bleue ». Ce n’est pas précis, mais on s’en fout, elles sont belles dans tous les cas.

Il y a un regret tout de même, avec cette méthode elles restent trop anonymes à mon goût. C’est vrai que la taille permet de faire un premier tri mais j’aimerais aller un peu plus loin. Je me débrouille ainsi:

– si elle est grande, il s’agit souvent de la gentiane acaule. Bien noter que la gentiane acaule ou la gentiane de Koch, c’est pareil. Deux noms pour une seule plante, comment voulez vous qu’on s’en sorte! Acaule: sans queue – en fait elle est courte… Il y a aussi: à feuilles étroites (bien lorgner les sépales), alpine (à peine plus petite, pédoncule encore plus court). Elles ne sont pas très différentes et moins fréquentes. Donc on résume: si le bleu est profond, si la fleur est grande, et si la queue est courte c’est la gentiane acaule, çà ira bien comme çà…

– si elle est petite, souvent il s’agit de la gentiane printanière. Il y a aussi: gentiane de Bavière, de Rostan, à feuilles courtes, dauphinoise, de Schleicher. Bon, il n’y a pas trente solutions face à un tel problème. Si on ne veut pas se contenter de « petite gentiane bleue », si on a le goût du risque et l’envie d’avoir l’air de s’y connaitre on peut tenter « gentiane printanière ». En début de saison la probabilité de tomber juste est assez élevée et de toute façons çà ne peut pas être complètement faux avant le 21 juin.

– il y en a aussi de minuscules. J’aime beaucoup. Il s’agit souvent de la gentiane des neiges. Elle a d’assez longues tiges par rapport à la taille de la fleur.

Petites gentianes bleues Col de Lanserlia

Petites gentianes bleues au col de Lanserlia

On les voit quand? Les plus célèbres (acaule, printanière) fleurissent au printemps. En fait il faut plutôt dire: pas longtemps après que la neige ait fondu, donc à une période assez variable en fonction de l’altitude. Toujours est-il qu’au mois d’août le bleu profond typique de ces gentianes se fait rare.

On les voit où? Pas forcément très haut. Dès qu’il y a un alpage on a une chance de les voir. Il leur faut de la lumière, donc il faut sortir de la forêt… Par exemple on en trouve tout près de Chambéry: sur l’alpage du Nivolet à 1300m on peut voir des gentianes printanières, et sur le Corbeley on est accueilli par des gentianes acaules dès les premiers rochers. Mais il leur faut aussi de la fraicheur. En été il faut monter en altitude pour les voir.

Là aussi il y a des exceptions. J’adorais rencontrer des gentianes pneumonanthes en forêt de Rambouillet. Elles me rappelaient les montagnes. Les gentianes bleues forment une vaste famille.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Advertisements