Lac de la PlagneRandonnée presque idéale, avec un lac comme récompense, une montée dans la forêt, une rivière qui serpente dans le vallon, des torrents, des cascades, des marmottes, et le Mont Pourri qui domine tout l’itinéraire…

Départ: Rosuel, porte du Parc National de la Vanoise (1556m).

Difficulté: Randonnée en famille, mais randonnée quand même, pas promenade. Le sentier est sans problème sur l’itinéraire principal. Mais il est possible de descendre, et pourquoi pas de monter, par la rive droite. On emprunte alors un sentier étroit, avec des pentes raides, quelques passages délicats sur les rochers, et surtout le franchissement à gué du torrent issu de la grosse cascade, pas forcément évident, à vous de voir en fonction de la saison…

Ressources:
– Agnès COUZY, Yann TESSIER DU CROS; Tarentaise, randonnées en Vanoise et Beaufortain; Glénat 2008
– le photo-blog de Benoit CHAMBRE; Paysages de Savoie Promenades et randonnées
– sur le site http://www.haute-tarentaise.net un reportage très complet sur l’itinéraire Peisey / lac de la Plagne / col du Plan Séry
– sur le blog « Sur les Sommets » une variante un peu plus longue, en passant par les chalets des Loyes
– le sympathique site du Refuge d’Entre le lac

Carte: pour emporter: IGN 25000ème – 35.32ET; pour voir tout de suite: carte Google (avec l’itinéraire) ou l’excellente carte IGN du parc de la Vanoise.

Rien n’est parfait: l’ennui ici c’est la foule, des touristes en été (les grandes stations sont très proches), des randonneurs au long cours (le GR5 et le Tour du Mont Pourri passent par ici), et puis des gens du coin dès que les touristes sont partis, car eux aussi veulent profiter de la beauté de l’endroit. Un peu comme aux 5 lacs de la Forclaz, de l’autre côté de la Tarentaise…

.

Peu après le départ, vers la fin de l’été

Mont Pourri

.

Une autre fois, en automne, à la première neige:

La Gurraz

.

Le Mont Pourri domine toute la randonnée

Mont Pourri

.

Le sentier monte d’abord au travers d’une agréable forêt de mélèzes.

Fin octobre la neige était saupoudrée du jaune doré des aiguilles fraichement tombées:

Lanches de la Rebe

.

Au sortir de la forêt (photo prise en direction de la vallée)

Arrivée dans la vallée du Ponturin.

Arrivée au chalet de derrière la Rèbe (2000m environ). Le plus dur est fait (en termes de dénivelé). L’endroit est idéal pour une pause:

Chalet de derriere la Rebe.

Après la cabane il faut choisir: passer de l’autre côté de la vallée et la remonter en rive droite (c’est l’itinéraire du GR5, le côté parc National de la Vanoise, chiens interdits, même tenus en laisse), ou rester rive gauche (on longe la rivière, le Ponturin). Je choisi l’un des deux, et je redescendrai par l’autre en faisant une boucle. En été, en fin de journée, j’aime bien profiter des derniers rayons du soleil en redescendant côté parc de la Vanoise.

Le Ponturin (ou Ponthurin) serpente au fond du vallon. Ici il n’a rien d’un torrent de montagne, c’est une rivière paisible aux eaux transparentes. Du chemin on peut observer les truites fario qui ondulent tranquillement dans le courant.

Ponturin.

.

Arrivée en vue du lac de la Plagne (2145m)

août 2009 Lac de la Plagne en été fin octobre 2010 Lac de la Plagne en automne
août 2009 Lac de la Plagne en été fin octobre 2010 Lac de la Plagne en automne

Au delà du lac, à proximité du refuge d’Entre le Lac (entre quoi? mais non il n’y a pas d’erreur: il est situé à l’entrée du lac) 

Lac de la Plagne

Et voila, c’est le but de la randonnée. Mais rien n’empêche de continuer, on a l’embarras du choix:

– il est possible de poursuivre en direction de plan Richard, au pied du Dôme des Pichères, où se trouvent plusieurs petits lacs. Dans la même direction on peut choisir de monter au col du plan de Séry (2609m)

– les randonneurs qui font le tour du Mont Pourri prennent la direction du plan de la Sache, du col de la Sachette (2713m)

– le GR5 part en direction du Plan de la Grassaz, puis du lac de Grattaleu (2512m). En prenant la même direction on peut aller à l’alpage des Aimes et au lac Verdet (2504m).

On comprend mieux la fréquentation de ce vallon. Chacune de ces directions offre la possibilité de prolonger la randonnée, voir d’une 2ème journée en faisant étape au refuge.

.

Descente – Pertes du Ponturin – Cascade de la Gurraz

Si l’on a du temps devant soi, on peut s’intéresser à un phénomène géologique assez particulier. A l’entrée du vallon, là où se rejoignent les 2 sentiers (celui de la rive droite et celui de la rive gauche) le Ponthurin disparait entre les rochers, puis réapparait un peu plus bas: ce sont les pertes du Ponturin.

A ce niveau il est possible de choisir un autre chemin de descente, en rive droite du Ponthurin. Il peut être difficile, un écriteau en prévient le randonneur. Le sentier passe dans les rochers, il est étroit, disparait presque sous les herbes par endroits, beaucoup moins confortable. Puis on passe plusieurs torrents à gué, en particulier celui qui vient de la cascade la plus importante. Tout dépend de la période, du débit des torrents, les traversées ne sont pas toujours évidentes…

Cascade au dessus de la Gurraz

Publicités