Silène acaule, Silène des glaciers, Coussin des Alpes (Silene acaulis)

Franchement, « Silène acaule » comme nom, c’est bof: acaule signifie sans queue. C’est vrai qu’elle est dissimulée dans la touffe, mais ce n’est pas une raison pour dire qu’elle n’existe pas… de plus Silène est un satyre (père adoptif et précepteur de Dionysos), un satyre sans queue vous avez vu ça où? On peut se poser la question: le biologiste qui l’a nommé avait-il bu? Pas certain: le nom de Silène est une histoire de famille, il vient de lointains cousins des plaines, enflés comme des outres de vin, bedonnants comme Silène.

Silene acaule

On l’appelle aussi « Coussin des Alpes« , ce n’est pas faux, mais à tout prendre je préfère « Silène des glaciers« . Justement la photo est prise sur le chemin du « glacier des glaciers », magnifiquement dénommé (prétentieux? Pas sûr… le glacier est au dessus du village des glaciers, donc c’est le glacier des glaciers. C’est tout simple: le village emprunte son nom au glacier, et le lui rend aussitôt. Faire beaucoup avec peu, c’est une philosophie obligatoire en montagne).

Revenons au Silène des glaciers. La plante vit, ou plutôt survit, de 1800m à 3700m. On ne peut pas dire que son nom soit usurpé: lorsqu’il n’y a plus rien, pas même un edelweiss, il y a encore une chance de voir le Silène des glaciers. Une plante si peu exigeante pourrait avoir le même slogan que la Joubarbe: « besoin de rien »… sinon qu’on évite de lui marcher dessus. On se demande comment elle arrive à résister. Elle est presque aussi forte que les lichens, qui sont à la limite du végétal et du minéral, mais à la différence de ces êtres étranges, le Silène acaule fleuri joliment, il a l’élégance d’être décoratif malgré l’adversité. Chapeau bas!

Silène acaule

La plante est capable de pousser sur la roche nue, pourvu qu’elle soit humide. Et ce n’est pas une manière de parler!

Pour vivre de si peu, il ne faut rien laisser au hasard: « le coussinet fonctionne pendant la journée comme un piège à chaleur qui offre à la plante des conditions de température plus favorables à la croissance, à des altitudes où la période de végétation est très courte » cf. (3) Il faut aussi de la ténacité et de la patience. La touffe augmente souvent de moins d’un cm par an, en particulier pour les jeunes plants, ce qui permet de se faire une idée de son âge.

Accordez lui donc le respect dû à son âge.

Références

(1) pour bien l’identifier, pour les photos, et pour comparer avec une autre sous espèce Silene acaulis subsp. exscapa: voir FloreAlpes http://www.florealpes.com/fiche_sileneacaule.php

(2) identification sur tela-botanica: http://www.tela-botanica.org/eflore/BDNFF/4.02/nn/63949

(3) sur les plantes en coussinet et la lenteur de leur croissance: http://biologie.ens-lyon.fr/ressources/Biodiversite/Documents/image-de-la-semaine/images-de-2012/semaine-05-30-01-2012/

Advertisements