Joubarbe des toits (Sempervivum tectorum)

C’est une plante étonnante, il ne lui faut pour pousser qu’un rocher et une poignée de sable retenue dans ses interstices.

Un autre aspect remarquable de la plante est son nom: Joubarbe est composé de Jou (comme Jovis ou Jupiter), et de barbe. La Joubarbe serait donc la barbe de Jupiter. Pourquoi affubler une fleur d’un tel sobriquet?

C’est toute une histoire. Pour la barbe c’est presque évident, en tous cas pour une variété proche de la Joubarbe des toits, la Joubarbe à toile d’araignée, dont les feuilles sont recouvertes de fins filaments. Mais pourquoi Jupiter? C’est peut-être assez simple: il faut à ces plantes si peu de terre qu’elles poussent sur un rocher ou sur un toit, en haut, près du ciel. Jupiter est le dieu du ciel, donc c’est sa fleur. Une plante capable de se passer de terre, voila ce que l’imaginaire retient de la Joubarbe.

Joubarbes des toits

Allons plus loin. Pourquoi « Joubarbe des toits« ? Dans certaines régions de France on les plantait au faite des toits de chaume, qu’elles étaient censées protéger de la foudre. Comment peut-on en arriver à croire, ou même à faire semblant de croire, à de telles fariboles? Jouons un peu: vous allez voir c’est logique… Si c’est la fleur de Jupiter, il ne saurait la détruire. Puisqu’il est le maître de la foudre, il ne lancera pas d’éclairs qui puissent menacer sa fleur, encore moins sa barbe. Donc il faut planter des Joubarbes sur les toits. Il suffisait d’y penser…

Dans mythologique il y a logique… L’esprit est si avide de mettre de l’ordre dans la variété désordonnée des choses qu’il se contente de peu pour planter les racines d’un raisonnement et pour le développer… La mythologie aurait donc un point commun avec la joubarbe: elle se contente de peu de réalité, elle pousse dans le ciel!

Finalement il semble que Jupiter ait laissé beaucoup de souvenirs en montagne, et en particulier dans les Savoies. Montjoux, Monjoie, Montjoly ont la même origine. Pourquoi tant de Jupiter? Il y a, bon sang mais c’est bien sûr, une affinité entre les montagnes et le dieu du ciel, entre les Alpes et Jupiter, comme il y en a une entre Zeus et l’Olympe. Mais aussi la montagne est un conservatoire… biologique (les plantes issues des glaciations quaternaires, edelweiss en premier mais également soldanelles, gentianes, rhododendrons), …historique (les traces de voies romaines sont assez nombreuses), et donc pourquoi pas aussi symbolique et toponymique!

Références:

(1) FloreAlpes: http://www.florealpes.com/fiche_joubarbetoit.php Le site permet de comparer Joubarbe des toits et Joubarbe à toile d’araignée

(2) Correvon, Henry, Les Joubarbes, Bruxelles 1924

Advertisements