Edelweiss, pied de lion (Leontopodium alpinum)

On dit un edelweiss, au masculin. Il évoque la neige, l’altitude; c’est un symbole et un trophée. Quelle station n’a pas son hôtel Edelweiss?  Il est victime d’une obsession: en ramasser un, juste un, pour le faire sécher, le mettre sous verre! Il est rare parce que célèbre. Dur dur d’être un symbole!

Pitié pour lui, cherchez le, photographiez le, mais ne le ramassez pas, et ne dites pas où vous l’avez vu! Je ne trahirai pas de secret en révélant que la plupart des endroits où je l’ai rencontré sont dans le parc de la Vanoise. Il est aussi présent en Beaufortain, mais il n’y est pas très fréquent, on le rencontre de préférence loin des sentiers, dans les vallons isolés.

On l’imagine en altitude, dans le froid, sur une vire inaccessible en face nord. En réalité il ne déteste pas un peu de soleil et de chaleur, et se trouve très à son aise au sud. Mais il est vrai que je l’ai rarement rencontré en dessous de 2000 ou 2400m.

Edelweiss

Il a une histoire, il a voyagé. Originaire de Sibérie, il est venu au temps des grandes glaciations du quaternaire, puis il est resté là où il pouvait, c’est à dire en montagne, très haut. Pour l’instant la menace vient plus du tourisme que du réchauffement.

.

Il est rare, il est beau, il évoque la montagne. Autre catastrophe: on lui a découvert des propriétés antioxydantes… C’est fou le nombre de plantes qui ont des propriétés antioxydantes, vous ne trouvez pas? Donc on en fait des crèmes et des pommades… On en faisait déjà des tisanes. Avec un tel potentiel commercial, il fallait évidemment tenter de le mettre en culture… Finalement c’est peut être la solution: le rendre banal. On pourra donc considérer le fait suivant comme une bonne nouvelle: il est en vente à la jardinerie  …donc aucune gloire à en ramener un de votre randonnée. J’en ai planté une touffe sur mon balcon: les moineaux ont adoré, ils ont mangé toutes les feuilles, grasses et succulentes semble-t-il! Une victime je vous dis…

Références

* Edelweiss, reine des fleurs, de Charly et Sabine Rey, José Vouillamoz, Catherine Baroffio et Didier Roguet. Ed. du Belvédère, 160 p.

* David Busti, L’Edelweiss, une plante alpine d’origine asiatique, Image de la semaine du département de biologie de l’ENS Lyon

Advertisements